Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Cara Déry

9 mai 2017 à 19 h 30 min - 21 h 30 min

Local 401
Tapisser notre urbanité

Cara Déry est diplômée de l’UQAM. Elle a participé à des expositions au Québec et en Ontario. Son travail a été présenté à la Galerie de l’Atelier Circulaire, à la Maison des Arts de Laval, à la Maison de la culture Villeray-Saint-Michel-Parc Extension, à la Maison de la culture Frontenac. Son travail parle principalement de mémoire sur la construction incessante des villes, elle travaille par la transparence. Son travail fait partie de la Collection-Loto Québec, de la BAnQ, de la collection de la Ville de Montréal/Pandorac, de Longueuil, de Laval, de Varennes, de la ville de Saint-Bruno-de-Montarville et de plusieurs collections particulières. Depuis 2015, elle est aussi la présidente du conseil d’administration du Zocalo.

 J’arpente les villes, les paysages urbains et lieux désaffectés à la recherche de petites montagnes éphémères construites de main d’homme. À défaut de pouvoir saisir pleinement l’immensité des vrais massifs, je traque les amas de matière similaire, ces micro paysages oubliés, ces petits sommets « d’entre saisons » qui portent la trace d’une construction, mais qui pourtant, sont l’écho miniature des reliefs naturels de la géographie. Je tire profit de leur petite échelle qui est à portée de main. C’est par l’impression numérique de ces clichés que s’amorce l’image qui deviendra œuvre. J’imprime mes épreuves sur une portion de papier d’architecture transparent (Mylar) de grand format. La partie vierge est repliée sur l’autre et j’obtiens ainsi une couche diaphane qui me permet de calquer des portions de l’image première. L’impression numérique mêlée aux techniques plus traditionnelles du dessin me permet un tout homogène. Parfois, j’y trace des bribes de paysages tout autres et y ajoute des éléments connexes. Cette stratification aux épaisseurs évanescentes fait émerger une image épurée qui évoque la notion de mémoire et d’infini. Les différentes tonalités de blanc et de gris s’entrecroisent pour mieux dire la réalité propre de ma géographie natale caractérisée surtout par l’hiver. Quel est notre rapport au territoire aujourd’hui quand on sait qu’il y a plus de constructions humaines que jamais? Comment vivre notre espace et faire en sorte qu’il reste patrimoine? Telles sont aussi mes préoccupations.

Détails

Date :
9 mai 2017
Heure :
19 h 30 min - 21 h 30 min